Char à orgue Steampunk

Un mystérieux engin  entre le navire et l’aéroplane, le tout  propulsé par un orgue à vapeur.
Quel est cet étrange vaisseau semant un tel brouillard?



Si vous avez lu le précédent article sur le clavier steampunk, vous avez du comprendre qu'il s'agissait du clavier d'une pièce un peu plus grosse : l'orgue en lui même! Et l'orgue était lui même destiné à aller sur un char pour le défilé du festival Fiesta de Pamiers en Ariège.





Le projet a été long à monter et a demandé beaucoup d'investissements personnel. Faisant à ce moment là parti de l'association Reve Temporl, j'ai proposé à l'office de tourisme de Pamiers que nous participions au défilé. Le projet s'est donc lancé au mois de février pour une prestation prévue le 14 juillet 2011. 

Le concept était simple : un show "lumière et vapeur". Il fallait faire de la fumée et transpercer ce brouillard avec différentes sources de lumières. 
N'ayant que très peu de moyens matériels pour le créer, il a fallu faire un compromis entre les envies des l'imagination et le raisonnable du faisable. Ce qui a donné ce joli petit char. 
Voici les croquis que j'ai proposé et sur lesquels nous sommes parti.





Ainsi quelques mois plus tard, voici le résultat :

La structure mobile des ailes est faite de longs bambous, qu'il a fallu aller tailler à la machette dans une forêt. Grâce à un système de poulies, elles peuvent s'ouvrir et se fermer.




Le char et l'orgue ont a été fait avec des matériaux de récup' trouvés au fur et à mesure de longues recherches dans les bennes de chantiers, usines abandonnées et tout tas de gravats se présentant sur la route.
L'orgue est fait de tubes de PVC que j'ai peint et patinés pour leur donner un vieil aspect cuivré.



Des diodes étaient placées dans les tubes pour éclairer la fumée qui sortait des tuyaux et renforcer l'effet de chaudière à charbon. 





Bien qu'il ne s'agisse que d'un petit char sans trop de prétentions, le travail a été assez intense au fil des mois, que ce soit les étapes de conception, de récupération de matériel, de construction ou pour faire face aux impondérables et manques de dernière minute. Tout ceci m'a montré que le poste de directeur artistique et chef de projet dans le milieu associatif est parfois difficile et ingrat. Quoi qu'il en soit, le contrat était rempli, le char a parcouru la ville semant un épais brouillard sur son passage. 


Photos par Nicotoulouse et Fabrice Mousel



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

1 commentaires: